Il est toujours passionnant de découvrir une nouvelle plate-forme. C'est bien entendu le cas pour Windows Phone 7. Mais au-delà de la passion technique, j'ai le sentiment qu'il s'agit d'un coup de maître en termes d'ergonomie (très fluide et épurée) et de réponse fonctionnelle, ou plutôt d'anticipation fonctionnelle. Nous en reparlerons.

Sur le plan technique, la réussite est évidente : malgre quelques manques dans la premiere version (voir plus loin), Windows Phone 7 s'appuie sur des technologies éprouvées : Windows CE 6, .NET, Silverlight, XNA, Direct3D, Blend, Visual Studio, etc. Mais le challenge se situe surtout au niveau du marketing car Microsoft repart de zéro, et tout l'écosystème est a construire dans un contexte tres concurrentiel...

Windows Phone 7 exploite une version de Silverlight 3 (et non pas 4) spécifiquement adaptée a la plate-forme. Il ne s'agit donc pas du Silverlight Mobile multiplateforme évoqué à la PDC 2008, et dont on n'entend plus parler (mais qui serait toujours en chantier en partenariat avec Nokia). [Prémonition ? A peine ces lignes publiées, on apprenait la sortie de Silverlight for Symbian beta, une adaptation de Silverlight 2 pour le navigateur de Symbian S60 5ème édition].

Dans sa premiere version, Windows Phone 7 cible le grand-public (cela a été maintes fois répété par les speakers du MIX), et l'objectif est de réussir le lancement. Les retouches et adaptations auront lieu ensuite. Il faut donc se contenter de ce qui est proposé (il y a deja de quoi faire), et suggérer des ameliorations pour la suite, telles que :

  • le support de SQL CE dans Silverlight (SQL CE est présent dans le système mais l'API n'existe pas dans Silverlight),
  • l'interop entre XNA et Silverlight pour réaliser des extensions graphiques (par exemple un moteur de cartographie specialisée) ; cela offrirait une alternative aux extensions graphiques en code natif, qui n'est pas supporté ;
  • la possibilité de déployer une application sans passer par MarketPlace.

Un echange avec des représentants de Microsoft sur le stand du MIX me donne bon espoir pour les 2 premiers points (qui seraient supportes dans des versions ultérieures a celle de cet automne). Mais pour le dernier point, il y a un blocage...

Pendant la redaction de ce post, j'ai installé les outils de developpement. J'ai pu tester le pilotage au doigt de l'émulateur au moyen de l'écran tactile de mon Acer 1420P issu de la PDC09. Impressionnant. Voici par exemple un zoom fait au doigt sur une page du New York times dans Internet Explorer (copie d'écran réduite) :