Le mot « Service Pack » a tendance à en rebuter plus d'un. Surtout si l'installation ne veut pas se faire.

Exemple de blocage simple, mais déroutant :

Ne pas pouvoir sélectionner son instance SQL pour la patcher. Dans la capture suivante, on peut voir une instance nommé EXPRESS2008. A droite, on voit bien son descriptif, mais à gauche, il est impossible de cocher EXPRESS2008. A première vue, rien ne nous permet de trouver l'erreur.

 

La solution se trouve d'elle-même quand on regarde le nom du package téléchargé : « SQLServer2008SP4-KB2979596-x64-ENU.exe ». Il s'agit d'un SP pour une instance anglaise d'un SQL serveur 64 bits. Comme on peut le constater sur la précédente capture, l'instance EXPRESS2008 est une 64bits française. Il faut donc télécharger le package français « SQLServer2008SP4-KB2979596-x64-FRA.exe ».

Avec ce package, on peut patcher l'instance EXPRESS2008. 

Pour mon exemple, j'ai utilisé une machine qui avait plusieurs instances SQL Server dans des versions différentes et des langues différentes. Sur la capture ci-dessus, on peut voir que la partie « fonctionnalités partagées » est anglaise. Si demain je souhaitais appliquer un nouveau patch, il me faudrait donc installer le patch dans les deux langues.

Voilà pourquoi, on préfacera ne déployer les outils que dans une langue.

Avant de télécharger 50 versions des patchs, on peut toujours ouvrir la boite de dialogue propriétés d'une instance, pour vérifier la langue et la plateforme 36/64 bits.

 

Moralité : L'installation d'un service pack SQL Server, n'a rien de bien méchant, tant que l'on prend le bon package pour procéder au déploiement.