Ce post a pour vocation d'introduire une série d'articles sur l'accessibilité. Avant de partir plus en avant sur le « comment faire », je pense qu'il convient de savoir le « pourquoi ». Beaucoup de développeurs ont une vision très nébuleuse de ce qu'est l'accessibilité numérique et ce qu'il faut faire pour développer des applications accessibles.

Initialement, quand je pensais accessibilité, je visais trois axes :

Aide aux personnes à mobilité réduite exploitant un dispositif mécanique ou uniquement le clavier.

Aide aux personnes qui n'ont que l'ouïe pour se diriger. (Souvent associé à un clavier ou un dispositif mécanique)

Aide aux personnes qui ont des difficultés à voir temporairement qui ne voit pas du tout ou qui éprouvent rapidement une fatigue visuelle.

 

Au fil de mes expériences, cette vision de l'accessibilité a beaucoup évolué. Les premiers utilisateurs qui bénéficiaient des ajustements que je faisais étaient parfaitement valides. Ils n'avaient aucun handicap ni aucune difficulté à manipuler un PC, une tablette ou un téléphone. Pourtant ils étaient particulièrement friands de ces ajustements. Ceci m'a conduit à changer complètement ma manière de voir et de penser l'accessibilité.

Aujourd'hui, ma vision de l'accessibilité consiste à penser :  « par l'accessibilité on cherche à améliorer l'expérience de l'utilisateur ». On a trois axes principaux d'amélioration :

Saisie, touché, interactions.

Accompagnement, confirmation des actions, description de l'interface via l'audio.

Lisibilité, compréhension visuelle de l'interface.

 

Tout le monde est concerné. Potentiellement, toute application peut donc profiter de l'accessibilité et évoluer vers un produit de meilleure qualité.

 

Dans les prochains articles, je démontrai chaque type d'amélioration possible. Vous pourrez constater que les solutions sont simples, et les outils faciles d'accès. La plupart des outils étant déjà à notre disposition quand on installe Visual Studio.