Bienvenue à Blogs CodeS-SourceS Identification | Inscription | Aide

Blog de François Tonic

rédacteur en chef de Programmez et de Toutankhamon Magazine

Tags

Aucun tag n'a encore été créé ou utilisé.
rdv techdays + programmez .net le 8 février !
bientôt les techdays, je serais bien entendu présent et en plus, pour votre bonheur ou malheur (cochez la bonne case), j'ai une session avec Blaise, en charge de VS chez MS...
je vous annonce aussi la sortie le 8 février du nouveau Programmez hors série .Net avec plein de bonnes choses dedans, avec comme d'hab : du 100 % .Net rien que pour les gentils développeurs .Net...
appel à sujets : programmez .net...
bonsoir à tout le monde,
je prépare tranquillement le prochain hors série .net de programmez. je cherche de nouvelles personnes qui se sentirait l'âme d'un auteur sur l'univers .Net : tout sujet, tout langage !

programmez .net est aussi votre magazine, je souhaite un échange avec la grande communauté .net et notamment codes-sources qui nous aide et participe activement à la revue !


cherche sur le multicore et la programmation par composant

bonjour,


je prépare déjà le prochain numéro de programmez (le 103). les dossiers seront :
- la programmation multicore
- la programmation par composant...

si cela branche quelqu'un...

ftonic@programmez.com

sinon, si vous avez des commentaires sur le dernier programmez .net...

MIX 2007 : compte rendu live
9H33 : bonjour à tout le monde. la keynote va débuter dans quelques instants.
une journée entièrement web 2 avec la vision de Microsoft, le marché et les nouveaux outils qui seront prochainement proposés.

et on débute la session. 2e édition de Mix en France. on remercie tout d'abord les équipes MS et les partenaires. La journée sera une bonne occasion de rencontrer, de voir, de toucher.

ces derniers mois, une grande activité comme silverlight.

9h55 : il a vu plusieurs plate-formes différentes dans sa carrière chez Microsoft. le web ne se limite plus à l'ordinateur, il est partout même si pour le développeur le code n'est pas toujours simple avec ajax ou javascript. il faut maintenant gérer le déconnecté, le connecté.

Microsoft mise beaucoup sur silverlight. pour son modèle, et le côté multi plate forme. avec la v1.1, on passera en plus au support de .net. on passe alors en revu les grands principes, rien de bien neuf...

les overlay sont impressionnantes ainsi que l'interactivité entre le user et la vidéo. site du défi wind surf, un site entier en silverlight.

10h : on peut rajouter des marques, de scripter la vidéo (comme rajouter des titres, infos diverses). on peut aussi mettre de la pub fixe.

on peut executer .net, le navigateur. c'est très intéressant de pouvoir faire fonctionner un binaire .net et wpf (en sous ensemble) sur le desktop et le navigateur mais si on utilise la v1.1. un peu comme Adobe AIR. sur Windows et MacOS X, pour Linux, tout dépendra de Mono (du moins pour le moment).

et comment faire travailler ensemble le designer et le développeur ? la réponse de MS est Expression. cette collaboration est un véritable défi pour les projets web RIA ou simplement web 2. on nous reprend des slides vieux de plusieurs mois. dommage. cela fait que la 3e fois que je regarde la même chose...

on importe la vidéo dans son projet blend pour l'intégrer. la vidéo se manipule en composant silverlight, on la configure. quand on lance le projet, on teste en local pour la voir. on peut ensuite personnaliser l'environnement et notamment de préciser les marqueurs définis. on peut passer avec expression design pour créer le contenu et ensuite l'ajouter dans son projet. on passe par XAML pour échanger entre les différents outils.

plus de 60% des développeurs utilisent .net, un beauc score.

on a emakina.net, strate college designer. il y aurait pas mal de designer dans la salle. on rappelle que Microsoft est à ces débuts. un changement. MS s'adresse enfin aux designers. attention aussi à l'excès d'excitation car XAML n'est pas aussi simple...

10h40 : il ne faut pas être déclinologue. le web évolue, les sociétés françaises doivent suivre. les designers français sont bien vues à l'étranger. bonne nouvelle ! les entreprises peuvent être plus frileuses. comment faire de nouvelle expérience, comment les fidéliser. montrer la montée en charge, la sécurité, la portabilité.

(on peut déployer une application silverlight dans MSN Messenger.)

10h50 : et le support MacOS X d'expression ???? certes silverlight fonctionne mais après. et même silverlight 1.1 aussi sur safari. Vista tourne bien sur les macs dixit Microsoft France... pas de portage prévu mais on peut faire du debug ces applis Safari dans VS 2005.

flash killer ? quid de Adobe CS 3 ? stratégie d'expression : MS n'est pas ici leader. microsoft part de 0 dessus. mise sur innovation pour pouvoir se faire une place. à voir si cela pourra se faire. il faut savoir que expression version 2 est déjà en préparation et devrait arriver avec silverlight 1.1.

mais cela ne semble pas simple dixit Microsoft. et linux : voir chez mono. version mobile en cours.

11h : annonces importantes :- imaginecup la finale 2008 sera en France. en juillet 2008 ! theme : environnement.- programme IDEES : on aide des startup dans le domaine logiciel- le programme idées est étendu au designe ! bonne nouvelle.- techdays 2008 : du 11 au 13 2008 c'est officiel au palais des congrès à Paris.

12h20 : après une petite visite de l'ensemble de l'événement, je me retrouve dans une session sur la partie serveur et en particulier sur IIS 7, le serveur web de Microsoft. On fait le tour des nouveautés et notamment que la partie administration et sa nouvelle console. Le mode ligne de commande est elle aussi disponible. (appcmd).

12h40 : on passe à la supervision. c'est stratégique. avoir l'information concréte et correcte. détail des incidents. on peut avoir une vue globale et on descend jusqu'à la source du problème.

Sur le fait de disposer d'un seul binaire pour adresser l'ensemble des devices, la réponse reste à confirmer. Et silverlight 2 ? Impossible d'en savoir plus.

14h50 : petite invention de jean christophe cimetière : VIB pour Very Important Bloggeur ! J'aime bien l'expression... VIVE LES VIB !

en 5 min, on se crée un mashup avec géolocalisation, c'est impressionnant. gag : biarritz serait-il à l'étranger oui à en croire la géolocalisation...



windows live platform beta : MS a refait les termes d'utilisation pour être plus clair. On peut les utiliser dans le système, les applications MS ou applications tiers. Live est une quarantaine de produits. chaque besoin a son protocole (pour les images, on passe plupart webdav, etc.). le modèle de commercialisation : jusqu'à un seuil, c'est gratuit. le seuil est le nombre de requêtes.démo de travelJournal : à voir aussiSilverlight Streaming : gratuit jusqu'à 4 Go. le service existe. on passe par CDN (content delivery network), selon la localisation de l'utilisateur, on accède au moins le contenu. l'application ne doit pas dépasser 30 mo.media encoder embarque cette méthode de déploiement.



16h30 : la dernière grande session va démarrer avec en guest star le projet mono...



encore faut-il éviter le simple concept : long tails, effets réseau, recherche web ou encore dynamique internet, les hype du nouveau web. l'utilisateur actif est au coeur de ces 4 tendances. et chaque hype se combine.

avec silverlight, on aura plusieurs scénarios en version 1.1. même si la version alpha n'est pas complète. si vous passez par la version 1.1 faites attention à l'utilisation.

17h15 : on nous montre le modèle et le développement avec silverlight 1.1. il récupère facilement le code silverlight 1.0 en 1.1. silverlight est bien vu comme une nouvelle CLR qui est installée sur la machine.on passe au remote debug pour montrer comment on debug un projet tournant sous safari MacOS X... notez que safari lance la CLR de silverlight. le comportement peut changer sur certains points mais le code reste identique.

le canvas contient des enfants (child), la méthode CreateFromXaml : très pratique et à ne pas oublier...

17h50 : on parle de la DLR. et c'est Miguel de Icaza qui s'y colle... on disposait de nombreux langages dans la CLR .Net. .net est un bon support les langages dynamiques. la DLR est un framework exécutant du dynamique sur la CLR. c'est une infrastructure partagée pour compiler cela. et permet au bout du compte de hoster les langages. silverlight 1.1 permet donc de proposer un environnement supportant ces langages. On aura au départ Javascript, VB, IronPython et Ruby (IronRuby). la licence sera très open source, très ouverte et Mono pourra l'utiliser dans le futur, bonne nouvelle. et pour la première fois, Miguel est sur Vista...


la présentation d'aujourd'hui a été faite en 21 jours. l'envie de mettre silverlight sur Mono était là. l'implémentation utilise la VM Mono, le moteur de rendu graphique est Cairo (Linux), support le multi media mais est encore incomplet.

concours de développement par Alti et Microsoft. sur WPF, silverlight, ajax. donc à vos claviers durant l'été.


François Tonic
incroyable mais vrai : Blend 2 preview est là...
on arrête plus le progrès. Blend 1 n'est pas même pas encore disponible que l'on nous annonce déjà Blend 2 "c'est plus fort que toi" en preview...
et tout est preview avec ca : silverlight 1.1, orcas.


net 3 et vous...
vous aimez ou non .net 3. dites pourquoi vous l'aimez beaucoup, un peu, pas du tout. les +, les -. pourquoi développez-vous avec, pourquoi vous ne l'utilisez pas encore.
je souhaite mettre quelques avis, témoignages de développeurs dans le hors série .net 3 en préparation.

(mettre signature, qualité et une petite photo avec).

vous avez échappé à ceci...
faire un édito n'est jamais facile. pour le dernier numéro de programmez je m'y suis repris à 3 fois ! voici à ce à quoi vous avez heureusement échappé... il s'agit de la v2...
La singularité, une vertu ?  Se déguiser en Monsieur Futur ne va pas à tout le monde. J’avoue que le transformisme n’est pas mon meilleur rôle. Quelques éditeurs savent mieux le faire. Une singularité de ce travail de long terme, est que depuis des mois, on a l’étrange impression que seul Microsoft travaille et cherche de nouvelles voies. C’était le cas entre l’accord Microsoft Research et l’INRIA ou encore plus récemment durant les TechDays, le plus grand événement développeur en Europe ! Nous sommes réellement à une croisée des chemins. Le modèle actuel arrive à saturation : trop lourd, trop gros, trop complexe. Cela vaut pour le logiciel que pour le système. Les retards de Windows Vista et les délestages depuis 2003 ont suscité moqueries et inquiétudes. Une question titille alors mon cerveau bi-lobes. Comment est-on arrivé à cela ? À vouloir casser la sacro sainte loi de la compatibilité avec l’existant, notre Bill s’est fait tapé sur les doigts. Et donc, nos ouvriers systèmes ont du démonter les beaux planchers flambant neuf pour nous ressortir une construction relooké new age. L’Histoire nous apprend qu’un système existant ne peut briser la compatibilité, du moins, pas aussi abruptement. Mais alors, vous vous dites intérieurement, « mon dieu, comment faire ? Sommes-nous condamner ? ». Le doute m’habite. La sueur perle sur le front interrogatif. Heureusement, notre saint ange du futur nous rassure. « Gardez espoir, dans 5, 10, allez 15 ans maxi, on casse tout ». Microsoft travaille depuis plusieurs années sur un système radicalement différent : Singularity. Architecture micro noyau fonctionnant par des processus, basé sur des runtimes .Net. Au-delà de dire qu’il s’agit de recherches de Microsoft, il est intéressant de noter que Singularity, sa philosophie, est de fournir un système prédictible et surtout prévisible. Et c’est bien là, l’un des défauts majeurs de l’informatique d’aujourd’hui. Peut-on réellement compter sur son système ? La réponse est NON. Aucun système actuel ne peut être 100% prévisible. Or pour pouvoir concevoir des environnements critiques, par exemple des nanomachines dans le médical, impossible d’utiliser un système, un langage sur lesquels on aura des doutes. Bref, comment fournir une fiabilité certaine ? Avec l’architecture actuelle, difficile. À ce demander si l’informatique ne serait pas réactionnaire et non révolutionnaire. Dans le grand dossier du mois, sur le futur, il semble tout de même que les révolutionnaires existent toujours. Après reste à savoir s’il s’agit de révolutionnaires cherchant l’évolution douce ou s’il s’agit de révolutionnaires tendances rupture avec le passé. Sans forcément promettre le saint silice, l’informatique nous promet tout de même de belles évolutions ! Vivement mon ordinateur quantique avec traducteur universel, 24 heures d’autonomie, le réseau sans fil ultra haute vitesse, 2 To de mémoire vive et un disque dur entièrement en mémoire flash. François Tonic
tu aimes la génération de code automatique ?
toi ami développeur qui aimes générer du code automatique, viens me dire si c'est bien...
car moi, préparer beau dossier sur la génération de code automatique dans beau magazine fait pour toi, si, si, Programmez...

merci.

dans la série, c'est plus fort que toi !
hier je suis allé faire un saut à la journée développeur Adobe. en vedette : Flex et surtout ActionScript 3.0, avec un peu d'Appolo et de Flash 9. après vu comment manipuler un robot avec la manette XBox avec le studio Robotics de MS (j'ai la vidéo pour le prouver mais personne n'en veut, sniff). à quoi donc servir la manette de la console wii ?
et bien à manipuler des objets 3D comme voiture en Flash 9 et en ActionScript 3. c'est assez drôle et c'est performant !

sur Appolo, la première bêta sera dispo dans quelques semaines. c'est une techno à regarder de près car elle va rapidement faire parler d'elle. Il s'appuie sur Flash, Flex, Ajax, HTML, XML. Surtout elle fonctionne sous MacOS X, Windows et Linux. Ce qui est un avantage. On peut créer pour le off et online. Au niveau fonctionnel, c'est pas mal du tout grâce à la puissance d'ActionScript 3. C'est en quelque sorte la réponse d'Adobe à la plate-forme .Net 3 et en particulier de WPF.

MAJ : par rapport à WPF/E c'est bien plus évolué. car Appolo fonctionne sur Windows, Linux et MacOS X sans restriction aucune alors que WPF/E est un sous ensemble limité (absence de la 3D) et WPF est lié à Windows et .Net 3 surtout. Cependant, notons que Appolo, ActionScript 3 ne seront pas disponibles sur mobile car le flash mobile est actuellement au niveau d'un flash 7... WPF/E sera disponible sur mobile. bon maintenant à voir sur le terrain comme cela va se passer. Donc si je résume : WPF/E bonne idée mais pour moi incompléte car fonctionnellement incomplet par rapport à un Appolo / Flash 9 + ActionScript 3

clavier es-tu Là ?
en pleine préparation du dossier futur du prochain programmez! j'ai enfin recu aujourd'hui un clavier un peu spécial de 3 touches ! Et encore ces touches sont des écrans OLED. Il s'agit de l'optimus mini three d'Art Lebedev Studio. Ce matin j'étais étonné devant la bestiole ne sachant pas trop quoi en faire. Mais après coup, je me dis, ouhais pourquoi pas avoir un clavier avec uniquement des écrans contenant des icônes personnabilisables. C'est vrai que l'approche est assez originale mais bon, à la longue je m'y fais un peu même si je trouve que le panneau de configuration manque de souplesse et pour le moment, les écrans demeurent noirs sous Vista alors que sous MacOS X pas de problèmes. Bref une expérience sympa que je vais approfondir ce week-end.
virtualisation et le développeur : appel à témoin(s)
toi qui est développeur et qui utilises des outils de virtualisation.
moi préparer un dossier sur la virtualisation et le développeur dans le prochain programmez.

merci.

Programmez! hors série .Net 3 / Vista : c'est parti mon kiki
et voilà près d'un an après le précédent hors série .Net, nous lançons sur les rails le prochain hors série .net 3 / Vista. comme pour la dernière fois, le focus sera mis sur le pratique, le code !
sortie prévue en avril !
le macbook : le meilleur ami de vista ? si, si...
et si finalement le MacBook d'Apple (le successeur du mythique iBook) était le meilleur ami de Windows Vista ?






XPS, PDF ou autre chose ?
ce qui m'amuse avec l'informatique est le petit jeu des technologies et formats que les éditeurs jouent mais tout en disant : mais non, je ne fais pas ceci pour contrer l'autre d'en face que je n'aime pas mais que j'aime de toute manière.





Microsoft : copieur d'erreur d'Apple ?
Historiquement, je suis un utilisateur de MacOS depuis plus de 12 ans ! Je suis passé par les premiers Système avant d'utiliser MacOS 8 (pas Copland) puis de MacOS X. De MacOS X, j'ai connu son ancêtre : NextStep, OpenStep et bien entendu Rhapsody sur Intel et PowerPC ainsi que la fameuse Yellow Box en surcouche de Windows 95 !
Vista ou plutôt Longhorn fut présenté au public en septembre 2003. Prometteur et ambitieux ! Comme le projet Copland d'Apple jusqu'en 1995 et les premières moutures de Rhapsody - MacOS X, Microsoft misait sur une rupture totale ou quasi, en offrant une cohabitation complexe des applications existantes mais avec des limitations.
Microsoft n'a pas su, sur ce que j'ai pu observer, apprendre des erreurs d'Apple sur les méthodes de transition. Lorsque MacOS X fut réellement présenté, les développeurs et utilisateurs ont vite critiqué les choix d'Apple qui ne prévoyait pas de pouvoir créer une application MacOS X à partir d'une application MacOS 9, c'est à dire, créer une application universelle fonctionnant sous OS X et OS 9 ! C'est un peu en catastrophe qu'Apple a présenté Carbon, librairie fonctionnant sur les deux systèmes !
Au départ, WinFX (aujourd'hui .Net 3, terme un peu abusif je trouve) fonctionnait uniquement sous Vista. Les applications win32 actuelles devaient fonctionner avec des limitations. Finalement, Microsoft a opté pour un modèle .Net fonctionnant sous XP et Vista, le modèle WinFX va plus loin que .Net 2 mais bien entendu, à part les fonctions avancées de Vista. L'avantage est de pouvoir continuer à vendre des applications sur XP tout en profitant de Vista !
La complexité de Vista fut telle qu'au fil des mois, Longhorn perdit des fonctions : noyau Longhorn moins radicale, abandon de WinFS, d'objectspaces... La liste est longue. Comme à l'instar de Copland, Microsoft a du allégé le système, en sortant des projets, tout en réutilisant les technologies dans de futures outils. Comme Apple l'a fait avec la nouvelle mouture de MacOS 8 qui récupéra de nombreuses technologies de Copland ! et l'histoire suit son cours.
chronique .Net

Microsoft .NET Chronique d’une technologie de l’été 2000 à l’été 2005

Compilation d’articles de François Tonic

Mon aventure .net démarre en été 2000, en juillet – août, alors que la rédaction de Programmez ! était largement en vacances et que le numéro de la rentrée se préparait dans le calme. Depuis cette date, mis à quelques trous chronologiques, .net me suit mois après mois. Durant ces années, ma perception de la technologie évolua et les informations fournies par Microsoft plus précises, tout du moins, moins vagues. C’est cette évolution que je vous propose de suivre dans cette compilation d’articles. L’idée est née en discutant avec différents responsables de Microsoft France. Puis après quelques mois, un soir d’été 2005, je me décide à plonger dans mes archives journalistiques et techniques. Je vous livre ici le résultat de ma quête. Les articles sont repris tels quels, sans modifications de sens. Cet aspect « brut » me semble important car, les lecteurs apprécieront, je l’espère, les évolutions de vocabulaire et de perceptions de la technologie .net. François Tonic, 15 août 2005

2000

Été 2000 Programmez n°24 (extrait) Microsoft point net Microsoft.net est né !

Sous ce nom plutôt vague, il faut comprendre la nouvelle stratégie tout Internet de l’éditeur. On passe d’un modèle client à un modèle serveur accessible de n’importe quel endroit. Cette brillante idée utilisera le langage XML de plus en plus utilisé sur le Web. Microsoft compte d’ailleurs passer progressivement toute son offre logicielle dans ce modèle .Net. On aura droit à un Office.net et surtout à un Windows.net. Mais tout ceci n’est pas point net. Il est urgent d’attendre la viabilité de cette offre technologique qui n’apparaîtra qu’en 2001. Le verdict final du procès anti-trust sera aussi sans doute un facteur important pour la disponibilité de l’ensemble Microsoft.net. En complément à sa nouvelle stratégie, l’éditeur tente de faire face au rouleau compresseur Java en annonçant l’arrivée d’un nouveau langage (un de plus), baptisé, C# qui sera intégré à la suite Visual Studio.Net et qui permettra de créer les nouvelles applications Internet de Microsoft. L’ambition du géant est de prendre les fondations de VB en ajoutant les fonctions de la gestion mémoire et sécurité de Java. Microsoft devra faire preuve de son efficacité et de sa capacité à sortir un langage portable sur d’autres plate-formes.

Décembre 2000 Logiciels & Systèmes n°55

Stratégie Microsoft.NET réellement net ?

Annoncée depuis plus de six mois comme LE bouleversement informatique de ces dernières années, la stratégie Microsoft.NET n’en est pas moins obscure et pas totalement convaincante. Heureusement, l’éditeur tente de répondre à nos interrogations mais évite de parler de sujets sensibles. Bill Gates visionnaire de l’informatique ? On fait tout pour nous le faire croire depuis juin 2000. Or, après promesses en tout genre et annonces plus ou moins virtuelles, Microsoft tente depuis quelques semaines de clarifier une stratégie illisible pour la plupart d’entre nous. Linux fait trembler l’éditeur américain car il grignote sans cesse des parts de marché sur les serveurs et les systèmes BSD. Les dérivés Unix (comme MacOS X d’Apple) se montrent eux aussi menaçants à court terme. L’entreprise est bien le champ de bataille. Microsoft avait raté Internet mais, avec des millions de dollars, l’éditeur domine désormais les navigateurs Web et tente d’imposer ses technologies. Le modèle ASP et les objets distribués n’avaient pas non plus suscité de grands intérêts chez Microsoft. Or, avec le temps, Bill Gates a décidé de se lancer tête baisser dans ces deux domaines en élaborant la fameuse stratégie .NET. Que représente-t-elle ? Comment fonctionne-t-elle ? Est-elle crédible ?

Qu’est-ce que .NET ?

Malgré les explications des responsables de Microsoft, il est difficile de tout comprendre, certaines parties semblent terriblement floues. Essayons d’y voir plus clair. La plate-forme .NET s’appuie sur Windows 2000 et les futures versions du système d’exploitation. Sur cette base, différentes « boîtes lui sont associées. Nous trouvons dans la couche haute, Visual Studio 6 (puis .NET), en-dessous, la couche Orchestration (processus métier). La couche basse est occupée par le Framework.NET, les technologies et services Internet, Com+, et les serveurs d’entreprises .NET. Certains éléments sont déjà disponibles mais le framework .NET ne le sera pas avant la fin de l’année. Une notion nouvelle apparaît : les serveurs d’entreprises .NET. Cette offre serveur s’appuie sur trois composants : Windows 2000 Serveur (et ses déclinaisons), SQL Server 2000 et Exchange Server 2000. Exchange Server 2000 bénéficie des nouvelles technologies de Windows 2000, à savoir : une intégration totale avec Active Directory, le support de XML pour le stockage et l’échange des données. Selon l’éditeur, Exchange Server 2000 est capable de monter en charge et possède une fiabilité exemplaire. Pour son SGBD serveur, SQL Server 2000, Microsoft a inclus XML, un moteur de data mining, la répartition de charge, l’implémentation des mobiles et une nouvelle administration Web. Un dernier élément coiffe le tout : Commerce Server 2000 qui essaye de combiner un serveur d’application avec un environnement de personnalisation. Commerce Server est conçu de telle manière que le développement se limite au minimum. On peut suivre les profils d’utilisateurs et cibler les contenus par rapport à un utilisateur donné, tout en implémentant une fonction de gestion de catalogues et un superviseur de trafic. Voilà pour le haut niveau. Pour le bas niveau, c’est-à-dire en dessous de Exchange et SQL Server, Microsoft a développé deux serveurs : un host application server pour attaquer un site central et BizTalk. BizTalk est l’un des points clés de .NET. Il doit garantir la prise en compte d’une multitude de composants et de protocoles réseaux. Il permet l’automatisation des processus de l’Orchestration. Comme l’ensemble de .NET, BizTalk envoie et reçoit des données en XML. Il intègre des services d’authentification, de stockage et de notification. Avec BizTalk, on peut développer des applications eBusiness rapidement via un constructeur et des assistants. Pour parfaire cette architecture logicielle, Microsoft dédie le développement au futur Visual Studio.NET. Quant à la sécurité, un produit à part entière s’en occupe : Internet Security and Acceleration Server 2000 (ou ISA). ISA permet de détecter toute intrusion au système, de créer des règles de sécurité, une gestion de FireWall et un serveur de cache pour améliorer les performances. Afin d’optimiser les performances, l’éditeur greffe Application Center 2000 à .NET. Cet élément doit répondre au besoin grandissant de puissance. Il permet de gérer un ou plusieurs cluster et de déployer à l’identique plusieurs serveurs en quelques minutes. Il facilite l’administration d’une structure matérielle en grappe. Cela peut paraître un peu compliqué mais finalement, l’offre serveur d’entreprise .NET délègue chaque tâche à un serveur spécifique. Reste à savoir si une telle approche segmentée est adaptée.

Développement et service Web

On aurait tendance à comparer .NET à un vulgaire ASP. Vrai ou faux ? Officiellement, .NET n’est pas un ASP. En y regardant de plus prêt, la réponse paraît nuancée. Microsoft introduit dans .NET l’idée du service Web. Le Service Web est un composant distribué proche de la technologie OpenDoc d’Apple et IBM basée sur le langage Smaltalk et du concept (très en vogue) des applications ASP. Il s’agit en quelque sorte d’applications complètes ou des fonctions mises sur Internet. Par exemple, vous avez conçu une méthode de calcul des nombres premiers. Vous souhaitez la mettre sur votre site. Au lieu de redévelopper le moteur de calcul et l’interface, il suffit de transformer votre application en service. Et inversement, un service Web peut être transformé en application Windows. Tout service Web est directement visible sur la Toile en quelques minutes - grâce à XML. L’interface est elle aussi retranscrite sur le service Web ! Tout cela est possible grâce à l’emploi de Visuel Studio.NET et, indirectement, du framework .NET. Il s’agit de l’unique environnement capable de générer les services. Dans le code, il suffit d’introduire la commande webservice pour que le compilateur crée le service Web. Visual Studio .NET s’annonce comme une des plus grandes révolutions dans les outils de développement Microsoft. Son architecture rompt radicalement avec tout ce que l’éditeur nous avait proposé jusqu’à maintenant. Il ne se contente pas d’un langage mais de tous les langages. S’il faudra attendre encore un peu pour en connaître toutes les subtilités, cette nouvelle mouture introduit l’idée d’une abstraction de langage. Cela signifie que, quel que soit le langage d’origine de votre application, VisualStudio.NET est capable de le retranscrire dans son langage pour ensuite générer l’application ou le service Web. Grâce à cela, le développeur garde son langage fétiche et ne doit pas apprendre une nouvelle logique. Mais, Microsoft poussera en avant son propre langage : C#. Quand ? On ne devrait pas être surpris par les positions de Microsoft sur le calendrier : depuis le temps, on est habitué aux multiples retards et aux dates lointaines. Pour tenter de verrouiller le marché, il n’existe pas meilleure méthode ! Le calendrier .NET s’échelonne sur plusieurs années. 2001 posera les principaux éléments de la stratégique Microsoft tandis que 2002 annonce la véritable apparition de Windows.NET. On ne reconditionne pas un système et des technologies du jour au lendemain. Si début 2001 est une date claire, le calendrier jusqu’à la fin de l’année reste mouvant suivant l’avancée des développements. Visual Studio.NET n’est pas attendu avant septembre prochain, voire fin 2001 (ou même début 2002 ?). Sur ce point, Microsoft avoue de ne pas être encore capable de fournir une date précise de sortie. Le successeur unifié de Windows 2000 et Windows ME, Whilser, devrait être disponible dans le courant de l’année mais, là encore, restons prudents sur la date. Quoi qu’il en soit, ce système ne possèdera que quelques éléments .NET. Il faudra attendre encore plus d’un an pour voir arriver le véritable Windows.NET. Un constat s’impose, il s’agit d’un planning sur une longue durée (comparativement au monde informatique). 2001 sera de toute manière le succès ou l’échec de la première partie de Microsoft.NET.

des tests sinon rien ?
voilà une question que tout développeur se pose un jour. comment tester son application ? comment bien deboguer ? quand cela doit-il intervenir selon quelles méthodes ? avec quels outils ? Interrogations légitimes et pas toujours évidentes à résoudre, surtout en équipe. Les environnements de tests sont parfois jugés trop lourds mais il faut bien centraliser à un moment les scénarii et les résultats. Voilà quelques interrogations sur le prochain dossier de Programmez sur le test. alors si vous avez un avis, une bonne pratique, des conseils, laissez-moi votre message.
64 et rien d'autres ?
bon ok, j'étais assez réservé sur le 64-bit il y a encore quelques mois, surtout à cause d'un manque de visibilité. Avec l'annonce Microsoft et Win64, le marché c'est soudain clarifié... si toi être un gentil développeur 64-bit, toi pouvoir me donner ton avis (bons ou mitigés) sur le passage 32-64 aussi bien sur .net que java (et C++ ?) pour un gentil article dans Programmez. votre GO
OpenOffice 2 & blog : témoignage, astuce
bonjour à tout le monde, je cherche pour complément deux dossiers de Programmez des avis techniques sur deux thèmes : - OpenOffice 2.0 - les blogs. sur OpenOffice, si vous en êtes content ou peu content au niveau migration, reprise des documents, modèle de développement. sur les blogs, vous avez des astuces techniques à nous raconter (ex; : une fonction que vous avez développé, une librairie blog que vous avez peaufiné), dites-le nous. les meilleurs avis seront retenus. réponse sur mon mail : ftonic@programmez.com françois
C’est quoi ce truc ?
Un beau matin, en fouinant sur Internet, je tombe sur une réflexion plus ou moins virulente de l’open source par rapport à Windows : un parle de comment tuer l’open source sur le deskotp, un autre dit ouvertement ne porter pas ses logiciels sur Windows ou encore, comment étendre l’open source sur plus d’ordinateurs. La base de cette polémique, plus ou moins réelle, est que le fait de porter des logiciels libres / open source sur un système propriétaire de type Windows n’aide pas l’open source et le monde ouvert. Aaron J. Seigo (http://aseigo.blogspot.com) écrit que le fait de porter les applications ouvertes / libres sur Windows profite plus à Windows (tout en confortant les utilisateurs Windows dans leur choix du système) qu’à Linux et à la communauté libre. Tout le monde sait que le logiciel est le nerf de la guerre de tout système. Si on trouve les applications que l’on souhaite sur tel système, on ira sur ce dit système. L’auteur met en avant l’exemple de Firefox. Le fait que Firefox soit disponible sous Windows serait un frein à l’adopter d’un système ouvert de type Linux. Soit. Mais, alors, on peut se demander si un logiciel libre peut réellement s’épanouir et vivre s’il n’existe que sous Linux. Pourquoi devrait-il se priver d’un système d’exploitation utiliser par 70-80 % des postes installés dans le monde, chez soi ou dans les entreprises ? Il faut raisonner en terme de diffusion du logiciel. Si OpenOffice était uniquement disponible sous Linux, aurait-il eu le même impact qu’aujourd’hui ? Si un logiciel libre n’est disponible qu’en Linux, paradoxalement, on ne laisse pas le choix à l’utilisateur. Si un utilisateur est content de Windows mais qu’il veut utiliser ce logiciel précis, on ne lui laisse pas le choix. Et dans cette situation, on force l’utilisateur. Bien entendu, on peut arguer que Windows est propriétaire, que le code n’est pas accessible (même si cet argument n’est plus entièrement viable). Mais j’aurais tendance à dire, et alors ? L’utilisateur et même le développeur s’intéresse-t-il au source de son système d’exploitation ? Non. Felix von Leitner (http://www.fefe.de/nowindows/) va encore plus loin. Il dit qu’il ne veut pas que ces logiciels (sous licence GPL) puissent être portés sous Windows ! Mais, là, ce développeur rentre dans une situation impossible. Il ne peut, en fait, rien faire, car la GPL permet à d’autres développeurs de porter ses applications GPL sur d’autres systèmes. Felix parle aussi du fait que Windows est entièrement propriétaire, que l’éditeur restreint les libertés de l’utilisateur. Il va jusqu’à dire que porter les applications libres sous Windows est un sabordage ! Une partie de ces réactions se conforte par le fait que quelques développeurs travaillent à un portage de KDE sous Windows. Finalement, ce débat, cette polémique, je ne sais pas comment définir cela, ne se trompe-t-il pas de combats ? Il est normal que des logiciels libres soient disponibles sous Windows ou MacOS X, c’est une manière de faire vivre une communauté. Il faut déjà que des constructeurs proposent à la vente des ordinateurs Linux prêt à l’emploi, l’offre devrait se multiplier dans les prochains mois. Il faut aussi que les jeux soient portés et disponibles sous Linux. Enfin, quoi qu’on puisse en dire, au niveau utilisation et ergonomie, Windows / MacOS X demeurent meilleur que Linux. Et c’est là que l’effort doit être réalisé. C’est seulement à partir de là que l’on pourra s’attaquer au marché de masse. François Tonic
Plus de Messages Page suivante »


Les 10 derniers blogs postés

- L’application des MiniDrones Parrot est aussi disponible pour Windows 8.1 par Blog de Jérémy Jeanson le 10-28-2014, 15:01

- L’application des MiniDrones Parrot est enfin disponible pour Windows Phone par Blog de Jérémy Jeanson le 10-27-2014, 09:49

- Mise à jour Samsung 840 EVO sur core server par Blog de Jérémy Jeanson le 10-27-2014, 05:59

- MVP Award 2014 ;) par Blog de Jérémy Jeanson le 10-27-2014, 05:42

- « Naviguer vers le haut » dans une librairie SharePoint par Blog de Jérémy Jeanson le 10-07-2014, 13:21

- PowerShell: Comment mixer NAGIOS et PowerShell pour le monitoring applicatif par Blog Technique de Romelard Fabrice le 10-07-2014, 11:43

- ReBUILD 2014 : les présentations par Le blog de Patrick [MVP Office 365] le 10-06-2014, 09:15

- II6 Management Compatibility présente dans Windows Server Technical Preview avec IIS8 par Blog de Jérémy Jeanson le 10-05-2014, 17:37

- Soft Restart sur Windows Server Technical Preview par Blog de Jérémy Jeanson le 10-03-2014, 19:43

- Non, le certificat public du CA n’est pas un certificat client !!! par Blog de Jérémy Jeanson le 10-03-2014, 00:08