Bienvenue à Blogs CodeS-SourceS Identification | Inscription | Aide

Bernard Fedotoff

Développement .NET et mon quotidien

(Auto) Formation sur Visual Studio 2010, TFS 2010 et .Net 4.0

Microsoft a lancé sa nouvelle version de Visual Studio 2010, Team Foundation Server 2010 et .Net 4.0 en avril dernier. Comme d’habitude, de nombreuses ressources gratuites sont disponibles sur le web pour découvrir et se former sur cette nouvelle plateforme. Voici en lien les références les plus importantes, pour tous ceux et celles qui voudraient consacrer du temps à se former.

KitFormation.Net4

Tout d’abord, pour ceux et celles qui souhaitent se former à Visual Studio 2010 et .Net 4, il ne faut pas manquer le kit de formation publié à l’adresse http://go.microsoft.com/?linkid=9712501 ;

Ce Kit de formation s’adresse aux développeurs et aux architectes connaissant Visual Studio 2008 et .Net 3.5 SP1. C’est plus de 400 Mo (hors vidéos) de présentation, ateliers, ect. pour trois journées intensives sur .Net 4.0 et VS 2010.

Ce kit est une des bases de contenu dont je me sers dans le cadre des formations Early Adopter ISV que je dispense depuis mai 2009 auprès des partenaires ISV Microsoft, notamment pour le compte de Microsoft France ou du Microsoft Innovation Center (MIC) de Tunis.

 

Puis, pour tous ceux et celles qui souhaitent découvrir et se former à (ou encore même évaluer) Team Foundation Server 2010, voici en lien un excellent post de Brian Keller (un Senior DPE basé à Redmond, et plus particulièrement spécialisé  sur l’ALM).

Cette machine virtuelle (et ses précédentes versions) et le kit qu’elle contient est une autre des bases de contenu dont je me suis servi dans le cadre des formations Early Adopter ISV de Microsoft.

Brian y donne les références d’une machine virtuelle complètement configurée avec TSF 2010, VS 2010 et des ateliers, et publiée en trois versions (le luxe) : Virtual PC 2007 SP1 (qui fonctionne aussi avec virtual server 2005 R2 SP1), Virtual (7) PC (pour Windows 7, donc) et Hyper-V.

AlmHol

L’installation et le mot de passe (P2ssw0rd) y sont décrit, et le clavier de login peut être changé en se référant à ce post (le clavier de la machine virtuelle est en US par défaut, il faut donc taper Pésszàrd la première fois sur un clavier français) ; Les versions installées ne dépassent pas le 15 décembre 2010, mais en positionnant la date de la machine virtuelle vers fin juin 2010, vous devriez avoir le temps de tout faire et tester. Si vous souhaitez désynchroniser durablement la date de votre machine virtuelle avec celle de votre machine physique, je vous conseille de lire le post de Ben Armstrong.

Et pour celles et ceux qui voudraient charger les dix ateliers ALM et Visual Studio Ultimate conçus pour fonctionner avec la machine virtuelle de Brian Keller, c’est sur le lien suivant ;

Parfois, c’est bien utile d’avoir quelques vidéos de présentation pour positionner l’ensemble : c’est ici, sur Chanel 9, que VS 2010 est présenté (à ce propos, d’autres contenus de formations vidéos sont publiés sur le lien suivant http://channel9.msdn.com/learn/courses/VS2010/, notamment sur Azure, SilverLight, ou SQL Server 2008 R2 – des trainings kits sont d’ailleurs aussi disponibles en téléchargement).

Bref, la seule ombre est que tout est en anglais, mais c’est une toute petite ombre compte tenu de la qualité du contenu réalisé.

(Post mis à jour)

Publier un server TFS 2010 en utilisant un nom de domaine (HostName)

Lors de la configuration d’un nouveau server Team Foundation Server 2010, il est souvent plus pratique d’installer l’ensemble des composants logiciels sur une machine unique. Puis vient le moment où on doit configurer l’accès à distance à la plateforme, en utilisant un nom de domaine type http://teamserver.agilcom.info (ne testez pas  ce nom de domaine, il n’y a rien au bout)  dans le Team Explorer depuis VS 2010, ou de tout outil Office avec Team Explorer.

Voici une procédure reprenant pas à pas les configurations à réaliser pour publier l‘ensemble des composants de l’installation. Petit détail important : lors de l’installation initiale des composants, je ne publie pas les services de TFS 2010 sur un site avec le port 8080 (c’est le port par défaut proposé par le logiciel d’installation) mais dans une application sous le site étendu au préalable avec WSS, et donc accessible sur le port 80 directement (ou 443, dans le cas d’une publication avec  https).

Serveur TFS 2010 - Configuration IIS 7 

Comme différentes briques ont été installées  avec TFS 2010, modifier le nom du domaine nécessite des interventions :

  • au niveau de SharePoint,
  • au niveau de Windows 2008,
  • et bien sûr, au niveau de la configuration de TFS 2010.

 

Pour SharePoint:

Il faut modifier le nom de publication du serveur, en changeant le mappage des adresses de substitution. Plus d’informations sur les adresses de substitution de WSS peut être trouvé sur http://technet.microsoft.com/fr-fr/library/cc288173.aspx :

  1. Lancez Start > Administrative Tool > SharePoint 3.0 Central Adiminstration
  2. Dans l'onglet Operation, sélectionnez l'option Alternate access mappings
  3. Cliquez l'option Edit Public URLs
  4. Indiquez le nom de votre host name (par exemple http://teamserver.agilcom.info) dans la zone par defaut, et sauvegarder la modification.

 

Pour Windows 2008 :

En fait, Windows 2008 comprend une fonctionnalité de sécurité de contrôle du bouclage contribuant à empêcher les attaques par réflexion sur votre serveur. Par conséquent, les demandes d'authentification échouent, par défaut, si le nom de domaine complet ou l'en-tête ordinateur hôte personnalisé que vous utilisez ne correspond à la nom de l'ordinateur local (ce qui est généralement le cas dans le cas d’une installation de TFS 2010 sur une machine locale). Il faut donc autoriser Windows 2008 à utiliser un nom de domaine pointant sur lui même, sans passer par un nom de machine.

  1. Lancez Regedit
  2. Cherchez la clé HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\Lsa
  3. Faites un clic droit sur Lsa, sélectionnez New et indiquez une valeur DWORD
  4. Indiquez le nom DisableLoopbackCheck
  5. Modifiez la valeur de la clé, et indiquez une valeur de donnée de 1
  6. Cherchez la clé HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\Lsa\MSV1_0
  7. Faites un clic droit sur MSV1_0, sélectionnez New et indiquez une valeur Multi String Value.
  8. Indiquez le nom BackConnectionHostNames
  9. Modifez la valeur et indiquez le nom de domaine de publication(par exemple teamserver.agilcom.info – sans le préfixe de protocole http://)

Rebooter maintenant la machine (c’est pas nécessaire utile, mais je le fais toujours).

 

Pour TFS 2010 :

Il faut ici changer toutes les références de l'ancien nom de machine vers le nouveau nom de domaine. Heureusement, TFS 2010 introduit une nouvelle console d’administration avec un snap-in utilisant la console  de gestion standard (mmc.exe) !

  1. Lancez Start > All Programs > Microsoft Team Foundation Server 2010 > Team Foundation Administration Console
  2. Allez sur l'onglet Application Tier
  3. Cliquez le bouton Change URLs
  4. Indiquez le nouveau nom de domaine http://teamsever.agilcom.info
  5. Cliquez sur Ok - les noms se changent.
  6. Allez sur l'onglet Sharepoint Web Application, et sélectionnez l'application Web à modifier dans la liste des SharePoint Web Application
  7. Cliquez le bouton Change Sharepoint Web Application
  8. Changez le nom Friendly Name en  http://teamsever.agilcom.info
  9. Changez le nom Web Application Url en http://teamsever.agilcom.info
  10. Laissez la valeur par defaut de l'administration centrale
  11. Cliquez sur Ok
  12. Allez sur l'onglet Reporting
  13. Cliquez sur le bouton Edit, et cliquez Ok sur la fenêtre d'alerte pour l'arrêt des services
  14. Dand la boite de dialogue Reporting Services, sélection l'onglet Reports
  15. Modifier le nom du Web Service en  http://teamsever.agilcom.info/ReportServer
  16. Modifier le nom du Report Manager en  http://teamsever.agilcom.info/Reports
  17. Saisissez le mot de passe associé au compte de service (mot de passe par défaut de la plateforme)
  18. Cliquez Ok
  19. Cliquez le bouton Start pour vérifier le démarrage de chacun des services de reporting
  20. Allez dans l'onglet Extension for Sahrepoint Product, et sélectionnez l'application Sharepoint dans la liste
  21. Cliquez le bouton Modify Access
  22. Indiquez dans URL for Team Foundation Server  http://teamsever.agilcom.info/tfs 
  23. Cliquez Ok

Rebooter maintenant la machine une deuxième fois. Tout doit fonctionner maintenant avec le nouveau nom de domaine. C’est une procédure que j’ai réalisée plusieurs fois, notamment aussi pour publier un serveur TFS avec https, et tout marche normalement après (bien penser à changer le nom du serveur référencé dans Team Explorer de Visual Studio 2010).

L'atelier 5 du coach C# est en ligne

Et voilà le cinquième de la série, pour voir comment factoriser le code en C# - Génériques, interfaces et délégués au menu. Le sixième sera dans les bacs dans peu de temps.

L'adresse de chargement est sur MSDN France :

http://msdn.microsoft.com/fr-fr/vcsharp/msdn.coachcsharp.laboratoire.aspx

Bonne lecture !

l'Atelier 4 du coach C# est disponible

J'avais rencontré mon coach préféré sur un vide grenier dans la région d'Annecy, et il m'en avait parlé, et voilà c'est fait  : le quatrième atelier du Coach C# est maintenant publié sur MSDN france.

C'est à l'adresse (avec les trois premiers ateliers) :

http://msdn.microsoft.com/fr-fr/vcsharp/msdn.coachcsharp.laboratoire.aspx

Il se concentre sur l'adaptation des objets au contexte avec C# et .Net ... l'héritage, le polymorphisme, le reflexion, etc ...

Il a été conçu pour C# 2, mais tout fonctionne sur la version VS 2008, bien sûr.

Une petite indiscrétion du coach : les deux derniers ateliers sont toujours en gestation, mais ils arrivent :-)) - il faut beaucoup de temps pour écrire tout cela ! mais c'est générique et enumérateur à tous les étages, vous allez vous faire plaisir.

Mort, Elvis et Einstein

Ou comprendre le positionnement des technologies de développement de Microsoft.

Comme beaucoup, mes clients ont pour principal objectif de créer suffisamment de valeur pour pouvoir gagner plus que ce qu’ils dépensent, chaque année. Et dans mon monde, la technologie est souvent vue comme le principal véhicule de création de valeur – mais ce n’est pas le seul, loin de là. Si une bonne technologie suffisait pour faire des entreprises rentables et des projets réussis, cela se saurait !

Microsoft, qui a les mêmes préoccupations de rentabilité, s’est orienté très tôt sur une démarche d’augmentation de la valeur basée sur quatre vecteurs principaux : la technologie bien sûr (par rapport à laquelle des standards de facto sont créés), le marché ciblé, les utilisateurs (au sens large), et les scénarios délivrés.

Vecteurs 2

A mon sens, cette segmentation transparait fortement dans les technologies de développement distribuées par Microsoft, et aide à comprendre le positionnement de chacune de ces dernières et les compétences requises pour bien les implémenter. Car pour continuer à créer sa valeur, Microsoft a besoin que ses technologies de développement soient utilisées par les bonnes personnes pour délivrer les bons scénarios !

En gros, quels utilisateurs sommes nous réellement et que souhaitons nous faire avec ces technologies.

Vecteurs

Les équipes de Redmond ont travaillé sur le sujet et sont arrivé aux conclusions suivantes :

Christmat Father :-))

- Un groupe de personnes est humainement plus facilement appréhendé comme un personnage virtuel, facilement mémorisable, et suffisamment décrit pour en comprendre le contour et les compétences ; Par exemple, Toto est un personnage traditionnel de nos écoles et le Père Noël en est un autre bien courant dans nos familles !

- Chacun des ces personnages possède des compétences propres, qui l’aident à réaliser des scénarios bien déterminés – Toto raconte des histoires, alors que le père Noël distribue des cadeaux (pour les baffes, c’est le père Fouettard).

Par analogie, si on peut imaginer « Toto développe une macro Excel », le scénario « Toto développe un feature pour Sharepoint » est une bonne blague qui va faire rire les collègues de Toto, mais pas les acheteurs potentiels dudit feature (enfin, surtout les équipes de support).

Dans le domaine du développement, l’équipe de Visual Studio utilise trois personnages principaux :

-          Mort : c’est un développeur n’ayant pas à la base un cursus d’informaticien, mais devant venir à la programmation par l’intermédiaire d’un autre métier consommateur de technologie (par exemple, statisticien, biologiste, ingénieur, roboticien, etc.). Il sélectionne et utilise les technologies de manière ad’hoc et opportuniste par rapport aux besoins de son métier de base ; Il n’hésite pas à changer de solution ou de composant s’il trouve quelque chose qu’il juge plus adaptée à ses problématiques ;

-          Elvis : C’est un développeur qui a choisi avant tout un domaine technologique, et qui utilise ce dernier dans ses développements quotidiens, en cherchant à travailler sur des projets pouvant l’aider à étendre sa compétence. De cursus initial informatique, il est définit comme un pragmatique ayant la capacité à développer ses compétences tout en travaillant sur un projet de longue durée.

-          Einstein : C’est un développeur comme Elvis,  mais qui a la capacité à (entre)voir les relations entre les choses grâce à une approche quelque peu obsessionnelle qui le pousse à créer la  solution la plus optimum à un problème donné ; Il aime maîtriser, connaître et comprendre la totalité des codes produits dans une solution.

En regardant les technologies de développement au travers de ce prisme, on comprend mieux le positionnement de chacune d’entre elle. Alors que Mort va privilégier une prise en charge rapide du produit (le "quick", mais cerainement aussi "dirty"), Elvis va se concentrer sur le développement à l’aide des objets (Il connaît la POO, donc !), alors que Einstein va aller jusqu’à tenter de modifier et/ou surcharger les mécanismes internes (c'est l'expert du fond du couloir, qui mange ses pizzas devant son clavier).

Toute la difficulté est que ces trois catégories ne sont pas exclusives entre elle. Personnellement, je suis certainement un Mort de l’ISA Server, et pourtant j’ai quelques connaissances un peu plus proches du code en .Net (il doit bien exister un domaine dans .Net où je puisse jouer à l’Elvis). Nous mélangeons tous deux ou trois personnages.

Pour l'exemple, ASP.NET est une technologie pour Mort, Elvis et Einstein :

-          Par simple glisser-déplacer de contrôles, il est possible pour Mort de développer des applications Web ad’hoc relativement puissantes, intégrant même aujourd’hui des mécanismes AJAX ;

-          Elvis pourra respecter une architecture en couches et avoir l’impression de pouvoir partager ses classes d’objets en développant en VB.Net ou en C# ; Si Elvis est puriste, il préfèrera le C# qui est plus élégant et plus sécurisé ; Pour l’aider, Elvis va utiliser les « Microsoft Entreprise Libraries », qui sont bien utiles même si on ne regarde jamais comment elles ont été développées.

-          Einstein va commencer par développer son architecture de référence respectant une factorisation de besoins fonctionnels et d’indicateurs de qualités spécifiques, qu’il utilisera par la suite dans tous ses développements de site Web en ASP.NET ; Cette architecture sera  basée sur des composants de services et des modules http propres ; En tout cas, il tentera de ne jamais utiliser un code en licence partagée ! Mais cela restera bien de l’ASP.NET.

 

La capacité d'ASP.NET à s'adapter aux trois scénarios explique certainement en partie le succès que connaît cette technologie.

 

Par contre, Quid des autres ? A y regarder de plus près, à l’exception de Visual Studio au sens large, de la personnalisation de SharePoint avec Sharepoint Designer, ou du paramétrage de CRM avec la modification des métadonnées,  toutes les autres technologies de développement s’adressent à des Elvis ou des Einstein.

 

Maintenant, la vrai question est : Est-il possible de gagner de l’argent en réalisation de projets de développement si on n’est ni Elvis, ni Einstein ? A regarder les technologies dans le prisme de la classification des personnages, la réponse donnée est évidement Non ! Sinon les scénarios correspondants auraient été créés …

 

Et vous ? Qui êtes vous ? Mort ? Elvis ? Einstein ?

Kit de formation à Visual Studio 2008 et .Net 3.5

Il y a quelques mois, Microsoft a publié (en anglais) un kit de formation gratuit très complet. Ce kit inclut des présentations (ppts - 28 en tout sur difrférents sujets), des ateliers (21 ateliers sur VS 2008 et .Net 3.5) et des demonstrations (18 démonstrations) à réaliser. Le contenu a été pensé pour aider à comprendre Visual Studio 2008 et certaines des nouvelles technologies du framework 3.5 comme : LINQ, C# 3.0, Visual Basic 9, WCF, WF, WPF, ASP.NET AJAX, VSTO, CardSpace, SilverLight, les application Mobile, et l'ALM (Application Lifecycle Management) avec Visual Studio Team System 2008. Il est à noter que c'est exactement le contenu qui a été utilisé dans le cadre du program de formation METRO (auquel je participe en tant que trainer Visual Studio 2008), à destination des partenaires et "early adopter" de Microsoft. En se basant sur ce contenu, j'ai d'ailleurs déjà donnés  plusieurs sessions/workshop de formation, notamment en afrique du nord et au moyen-orient, et il y a largement de quoi faire plusieurs jours de contenu.

Il est téléchargeable ici.

Les présentations distribuées avec le kit sont ci-dessous. Il est à noter que chacun des slides dispose en commentaire la retranscrition des explications données lors de la formation d'origine. Les titres des présentations sont assez explicites sur le sujet traité.

01-LapAroundVS2008AndThe.NetFramework3.5.pptx
02-.NET Language Integrated Query (LINQ) Framework.pptx
03-Using LINQ to access relational data.pptx
04-WhatsNewCS.pptx
05-Visual Basic.pptx
06-Framework35.pptx
07-Introduction to the Microsoft Client Continuum.pptx
08-Introduction to ASP.NET AJAX.pptx
09-Building Web Apps with VS.pptx
10-Introduction to Silverlight.pptx
11-What's new in Windows Presentation Foundation 3.5.pptx
13-BuildingWPFAppsInVS2008andExpressionBlend.pptx
15-ConnectedApplicationFoundationsWFWCFCardSpace.pptx
16-WCFWeb-CentricCapabilitiesinOrcas.pptx
17-WFServices.pptx
18-CardSpace.pptx
19-Overview_of_an_OBA_VSTO.pptx
20-Building_Custom_Office_UI_With_VSTO.pptx
21-VSTO SharePoint Workflow Development.pptx
22-Building Mobile Applications.pptx
23-Introducing Application Lifecycle Management.pptx
24-Value-up Software development.pptx
25-The Business Analyst Perspective.pptx
26-The Project Managers Perspective.pptx
27-The Architect Perspective.pptx
28-The Developers Perspective.pptx
29-The Testers Perspective.pptx
31-ADO Sync Services.pptx


Les ateliers (avec le code source), tous aussi intéressants les uns que les autres, sont :

- Building Web Applications  with Visual Studio 2008
- Building Windows Presentation Foundation Applications
- Integrating CardSpace into web sites
- Client Application Service s using  Windows Forms and WPF Interoperability in Visual Studio 2008
- Developing Dynamic, Data-Driven Web Sites
- Introduction to  ASP.NET  AJAX
- JSON  using the  Windows Communication Foundation and ASP.NET AJAX
- Using  LINQ to SQL  ( DLinq ) with the .Net Framework 3.5 and Visual Studio 2008
- Silverlight: Monster Factory
- Syndication  using the Windows Communication Foundation
- LINQ: Unified Language Features for Object and Relational Queries
- Using Visual Studio Tools for Office v3.0 with Excel 2007
- Using Visual Studio Tools for Office v3.0 with Outlook 2007
- Using Visual Studio Tools for Office v3.0 with Share Point 2007 (how to create a Sharepoint Workflow with Visual Studio 2008 and VSTO).
- Using  Visual Studio Tools for Office v3.0  with Word 2007
- Introduction to Windows Communication Foundation
- Introduction to Windows Workflow Foundation
- C# 3.0 Language Enhancements
- Visual Basic 9 .0 Language Enhancements
- Workflow Services  using  the Windows Communication Foundation
- DataBinding with Microsoft Windows Presentation Foundation

Et les démonstrations (avec le script, les codes soources et les procédures d'installation), si vous devez convaincre vos collègues ou faire des présentations, des séminaires, etc. :
- Visual Studio 2008 Web Development
- The .NET Language Integrated Query Framework (LINQ)
- Workflow Services : Introduction
- Workflow services : Durable Services
- Workflow services : Content Exchange and Management
- Workflow services : Duplex Messaging
- workflow services : Long Running Work via Messaging
- workflow services : Conversations
- Extending the Office Fluent User Interface
- SharePoint Workflow Tools
- Visual Basic 9.0
- Using LINQ with Relational Data
- Building Mobile Applications using Visual Studio 2008 & .NETCF 3.5
- Building the LogonScreen in WPF.docx
- Framework Enhancements – Application Domain Isolation
- Connected Application Foundations using WF, WCF, and CardSpace
- Windows CardSpace and Information Cards
- WCF – Syndication Services

C'est en tout cas, même si les technologies ont continué à évoluer depuis la date de publication, une bonne source d'inspiration !

Découvrir Windows Workfow Foundation (WF) en webcasts

Et pour finir le cyle de formation WinFx, une journée de formation/information gratuites disponibles en WebCast, pour tout savoir des bases de Windows Presentation Foundation. C'est encore en anglais.

Qu'est-ce que le workflow ?
Introduction à Windows Workflow (Anglais)
Le workflow séquentiel (Anglais)

Le workflow à état (Anglais)
 

Windows Workflow Foundation dans le détail
Le développement d'applications avec Windows Workflow (Anglais)
Exemple de Workflow simple (Anglais)
Scénarios de Hosting et de Communication (Anglais)
Le développement d'applications distribuées (Anglais)
Le développement de workflow à états (Anglais)
La base du développement d'activités (Anglais)
Le développement de moteur de règles (Anglais)

Si vous souhaitez vous faire la main, voici 10 ateliers complets très intéressant. Ils ont été écrits il y a quelques temps avec VS 2005, pensez-donc à adpater le contenu à Visual Studio 2008. Il y a aussi bien sûr quelques autres changements avec .Net 3.5. Néanmoins, cela reste très interessant, d'autant que l'atelier 10 traite du rehosting complet du designer de workflow dans une application Windows Form - avec le code complet. Je suis personnellement reparti de ce code pour réaliser pour l'un de mes clients l'application de dessin de workflow qu'il est possible de voir dans ma session au TechDays 2008 (LAN307 - Programmation visuelle avec Workflow Foundation dans une application de finances).

L'adresse de chargement des ateliers est ici.

le contenu des ateliers est le suivant :

WF HOL01 - Getting Started with Windows Workflow Foundation
Un bonne inntroduction aux mécanismes de workflow
 
WF HOL02 - Creating Custom Activities
la base de la base pour la création d'activité personnalisées. A comprendre donc ! Un petit article à lire (et faire les exemple) avant d'attaquer le lab, histoire d'avoir les idées claires sur le différentes classes 
http://msdn.microsoft.com/en-us/library/aa480200.aspx
 
WF HOL03 - Hosting Workflows
Une introduction aux différents mécanismes de hosting des workflow.
 
WF HOL04 - Creating State Machine Workflows
Les workflows à état ... tout un programme !
 
WF HOL05 - Creating State Machine Workflows
L'idée de ce lab est d'introduire les services locaux de Windows Workflow.
 
WF HOL06 - Workflow and Web Services
C'est une présentation de l'exposition de WF sous forme de Web Service, et l'utilisation de Web Service dans les workflows. C'est la partie qui a été le plus fortement modifiée avec VS 2008 en utilisant .Net 3.5.
 
WF HOL07 - Creating Rules Driven Workflows
ça c'est très interessant : la gestion des règles. Une petite introduction au moteur des règles à lire avant de faire le lab : http://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/aa480193(en-us).aspx. Pour ma part, en 3.5, j'ai déja utilisé les arbres d'expression pour implémenter différement des règles de workflow (un prochain post, certainement).
 
WF HOL08 - Transactional Behavior in Workflow
Un peu d'approche transactionnel, de compensation, etc. ça ne fait pas de mal, surtout lorsque vos sources n'implémentent pas XA, et qu'il faut donc un jour le faire soi même ...
 
WF HOL09 - Modifying Workflow Models at Runtime with Workflow Change
Du dynamisme dans l'approche de définition des workflow
 
WF HOL10 - Embedding the Workflow Designer
La partie la plus visuel sur le rehosting du designer dans une application winform. A comprendre absolument donc, si vous voulez un jour développer une interface de dessin de workflow sans passer par Visual Studio ...
 

Du travail en perspective, bon courage !

Découvrir Windows Presentation Foundation (WPF) en webcasts

Encore deux journées de formation/information gratuites disponibles en WebCast, pour tout savoir des bases de Windows Presentation Foundation. C'est toujours en anglais, mais il y a beaucoup de bonnes informations.

Introduction à Windows Presentation Foundation (Anglais)
Qu'est-que le XAML (Anglais)
Les concepts de WPF (Anglais)
"Hello World!" en WPF (Anglais)
Les contrôles Windows Presentation Foundation (Anglais)
Les panels WPF (Anglais)
Le déploiement d'application WPF (Anglais)
La gestion des ressources (Anglais)
Le DataBinding (Anglais)
La gestion des styles (Anglais)
Les graphiques 2D (Anglais)
Les graphiques 3D (Anglais)
Les animations (Anglais)
Le contenu multimédia (Anglais)
La compatibilité avec Win32 (Anglais)
Le développement de contrôles personnalisés (Anglais)
Le développement de panels personnalisés (Anglais)
Les outils utiles au développement WPF (Anglais)

Comme c'est toujours sur msevents.microsoft.com, munissez-vous de votre liveId.

Découvrir Windows Communication Foundation (WCF) en webcasts

Bien que cette technologie ne soit pas réellement nouvelle aujourd'hui, j'ai toujours autant de questions sur comment s'informer (et/ou se former) sur Windows Communication Foundation. Alors voici (en anglais) deux journées de formation gratuites en vidéo disponibles en WebCast.

Introduction à WCF 
Les contrats WCF 
Gestion des versions de contrats 
Gestion des exceptions
Bindings 
Hosting WCF
Patterns d'échange de message
Modes d'instanciation
Gestion des accès 
Les bases de la sécurité WCF
Sécurité avancée avec WCF 
Sécurité des messages 
Gestion des transactions 
Gestion de files d'attente 
Extension de WCF 

C'est une excellente introduction avant de faire des ateliers, voire de lire un bon livre sur le sujet. Et Comme c'est sur msevents.microsoft.com, munissez-vous de votre liveId.

l'Atelier 3 du coach C# est disponible

Le troisième atelier du Coach C# est maintenant publié sur MSDN france :

http://msdn2.microsoft.com/fr-fr/vcsharp/bb968851.aspx 

Il se concentre sur la programmation des objets avec C# et .Net ... quelques pages à lire, donc, si vous n'êtes pas encore familiarisé avec cette approche : les objets, les méta-données, un peu de serialisation, et beaucoup de bonne humeur.

Les autres sont toujours en gestation, mais ils arrivent :-))

l'Atelier 2 du coach C# est disponible

L'atelier 2 du coach C# a été mis en ligne sur le site MSDN France à l'adresse suivante :

http://msdn2.microsoft.com/fr-fr/vcsharp/bb847899.aspx

Bon, il s'est fait attendre, mais le contenu est relativement long et en fait, c'est relativement difficile de tenter d'expliquer simplement des choses compliquées (surtout qui sont la base de la POO). Les autres ateliers sont en cours d'écriture et je me fais plaisir :-)) On va tenter de gader un rythme de sortie d'un lab par mois.

Si vous avez des commentaires, des remarques, n'hésitez pas à me les envoyer pour éventuellement les incorporer aux prochaines livraisons.

Introduction à .Net 3 : Webcasts

Les 600 webcasts du Techdays 2007 à Paris sont maintenant disponibles à l'adresse suivante : WebCast TechDays

Pour ceux qui ont suivi ma session Introduction à .Net 3.0, elle est maintenant disponible à l'adresse suivante : WebCast Introduction .Net 3.0

Le fichiers de présentation et les démonstrations sont disponibles en pièces jointes de ce message.

Les sessions de Christine Dubois sont disponibles à l'adresse suivante :

WebCast Introduction à ASP.NET 2.0

WebCast Sécuriser un site Web

 

 

Posted: jeudi 1 mars 2007 13:45 par bfedo | 0 commentaire(s)
Classé sous :
Une demi-journée gratuite consacrée à ASP.NET AJAX

Le 18 janvier 2007, nous organisons avec Microsoft à Lausanne (Suisse) au palais des congrès de Beaulieu un atelier gratuit d’une demi-journée consacré à la découverte d’ASP.Net AJAX. Il est ouvert à tous (dans la limite des places disponibles).

 

L’atelier étant consacré essentiellement à des exercices, il est nécessaire que vous veniez avec votre portable configuré en poste de développement. Un document d'atelier et les codes de solution seront fournis à chaque participant.

 

Plus d’informations et inscription en cliquant ici.

 

Une bonne occasion à ne pas manquer.

 

Le(la) bon(ne) candidat(e) .Net

Lors d’un déjeuner avec une connaissance chargée du recrutement de profils techniques dans un cabinet de ressources humaines, la discussion est venue sur une question majeure : « quels sont les trois principaux points pour déterminer qu’un(e) candidat(e) possède une expérience réussie de projet de développement .Net ? » Vaste question qui a demandé une prolongation gastronomique bien après le repas du soir, afin d’arriver aux trois questions suivantes :

 

  1. « Qu’exprime pour vous l’extrait de code suivant ? »

VB.Net

(ByVal sender As Object, ByVal e As EventArgs)

C#

(object sender, EventArgs e)

 

Au début, nous avions pensé à des questions du style « quelle est l’influence des méthodes virtuelles dans le polymorphisme ? », ou encore « Parlez-moi des différences entre une classe abstraite et une interface », mais il suffit d’avoir en face de soi une personne qui a bachoté un livre sur l’approche objet, pas nécessairement en .net, et les réponses sont évidentes.

Alors que si le(la) candidat(e) fait une réponse autre que «  c’est le truc qu’on a quand on double-click sur un contrôle », voire qu’il(elle) est tellement intarissable sur l’avantage de l’héritage de System.EventArgs qu’au bout de cinq minute on doit siffler la mi-temps, on est [à peu près, ndlr] sûr qu’il(elle) a compris ce qu’est la programmation objet, ce qu’est un « event handler », et qu’elle est la différence entre la programmation procédurale et celle par événement.

 

  1. « Quelle est votre principale source de documentation que vous utilisez dans votre recherche d’information ? »

Ici, aucun doute possible, la bonne réponse donnée par l’expérience n’est ni msdn2.microsoft.com, ni les documents et livres (nombreux) sur le sujet, mais bien www.google.com  ou encore www.google.com/microsoft  pour trouver les bonnes réponses sur les sites communautaires (au passage, ne pas oublier de demander à l'administrateur réseau de débloquer tous les sites communautaires).

 

  1. « Quelle est la caractéristique principale indiquant la fin d’un projet de développement ? »

La réponse traditionnelle « Quand l’ensemble du cahier des charges est couvert » traduit bien une approche quelque peu théorique du développement (nous avons tous été formés à Merise J), car bien rares sont les développements qui ont un réel cahier des charges … En fait, quelqu’un réaliste répondrait sûrement plutôt « Quand il n’y a plus rien à retirer au projet ! ».

 

Enfin, pour vraiment les bons candidats, nous avons ajouté la question subsidiaire : « Comment caractériser la complétude d’un projet de développement ? » Et là, si le(la) candidat(e) possède une bonne conscience de la réalité économique des choses, la bonne réponse devrait ressembler à « lorsque l’étendue  du  revenu créé par la solution développée correspond à plus de 50% de ce qui avait été estimé. »

 

Encore faudrait-il que les projets de développement soient caractérisés par des indicateurs de complétude tangibles, et par des objectifs financiers - mais cela n'est pas en standard dans le framework .Net.

 

Management de projet : le coach Visual Studio Team System (VSTS)

Microsoft France lance un site pour accompagner ceux qui ont à gérer des projets de développements. Sauf si tous vos projets ont été (ou sont) de totales réussites, il peut être interessant d'aller faire un tour sur le site : le coach VSTS

Neuf ateliers seront publiés d'ici à début février 2007, et l'objectif est de couvrir l'ensemble des points qu'il faut savoir pour bien gérer le(s) cycle(s) de développement d'une solution logicielle en utilisant team System et la méthode Agile (MSF - Microsoft Solution Framework). Pour le moment, seul l'atelier N°1, qui concerne l'installation de la plateforme Team System et de ses outils clients, est en ligne. Les autres vont suivre rapidement.

Pour télécharger les ateliers et/ou visualiser les vidéos de présentation, cliquez ici.

Il est à noter que, comme le coach asp.net, les ateliers sont téléchargeables au format Word 2003 (.doc), ainsi que le code de la solution.

Voici le plan :

Atelier 1 : Installer et configurer un environnement avec Visual Studio Team Foundation Server

Le premier atelier vous présente les étapes de création d’un environnement de développement et de test et de vous familiariser avec l’outil de développement Visual Studio Team System.


Atelier 2 : Créer un premier projet avec VSTS

L’atelier 2 vous permet de déterminer les risques du projet, de constituer le noyau dur de l’équipe de projet, de définir les itérations du cycle de projet et les livrables, de concevoir les éléments de travail de base, et de mettre en place la base documentaire du projet.


Atelier 3 : Dessiner l’architecture de l’application

L’atelier 3 vous permet de Récupérer le projet de développement en l’état avec Visual Studio et de dessiner les diagrammes de l’application.


Atelier 4 : Définition de la stratégie de contrôle du code source

L’atelier 4 vous permet de gérer le contrôle de source, de définir la stratégie de test Check-in et d’association de check-in à une unité de travail et de créer une stratégie personnalisée.


Atelier 5 : La construction de l’application

L’atelier 5 vous permet de générer l’architecture de référence, de créer des diagrammes de classe, de comprendre comment développer un code de qualité et de créer des tests de développement : Test unitaire, couverture de code et analyse de code.

Atelier 6 : Validation de la qualité du code

L’atelier 6 vous permet de modifier les tests de développement, de créer les tests de charge et de valider la performance du code (profiling).


Atelier 7 : Gestion des builds

L’atelier 7 vous permet de créer des builds, de synchroniser les sources et les exécutions des tests, et de générer et publier les rapports de build.


Atelier 8 : Déploiement de l’application

L’atelier 8 vous permet de créer le build final, les projets de déploiements Windows/Web/CAB/Merge et d’installer la solution finale.


Atelier 9 : Trucs et Astuces

Suivez le coach ... :-))

Installation du client Zune sur Windows SP 2

En arrivant un matin cette semaine à mon bureau, j’ai trouvé un joli colis avec un Zune noir à l’intérieur. Pour les ignorants (dont je faisais parti jusqu’à ce fameux matin), Zune est Le « Digital Media Player » de Microsoft.

J’allais enfin sortir de l’âge de silence dans lequel j’étais ancré depuis ma naissance pour gouter aux joies sans fin de la promenade matutinale avec des bouchons musicaux dans les oreilles.

Il est vrai que le gris du béton  est beaucoup plus seyant en musique, et que de douces notes améliorent la tolérance à l’art scatologique signé d’un grand nombre d’animaux de compagnies sur les trottoirs de nos villes.

Bref, c’est le geste fébrile et la main tremblante d’émotion que j’insère le CD d’installation. La procédure semble facile et seules trois lignes accompagnées de trois pictogrammes la décrivent : « Charger le logiciel d’installation », « Connecter le Zune quand cela est demandé », et « Synchroniser vos musiques, vos vidéos et vos images ». Rien de plus simple, donc. C’est un vrai produit grand public. Ouf, je suis sauvé.

 

J’attaque donc la procédure, de belles images défilent, et après quelques boutons « Suivant », lorsque la l’installation indique 95% de complétude, une très belle fenêtre s’affiche : « Installation Error » !

 

 Zune_Error

 

C’est vrai que l’image est belle, et vu l’expression de la charmante dame, c’est une erreur qui va faire mal …

Bon, étant un habitué de la théorie de l’accoutumance, (c'est-à-dire qu’avec le temps les choses incompatibles arrivent à cohabiter), je reboote mon ordinateur. Mais là, rien n’y fait, chacun reste campé sur ses positions. Donc, après avoir observé cette magnifique dentition quelques paires de fois, je décide de m’en référer à des copains pour m’apercevoir qu’une compétition mondiale vient de s’ouvrir : « Comment installer un client Zune sur une machine XP SP2 installée avec une version internationale du système d’exploitation ».

 

Et c’est un allemand de Fuerth, Damir Tomicic, qui remporte la palme : Il manque deux groupes dans la liste des groupes locaux de la machine, le compte d’installation devant appartenir à ces deux groupes, à moins qu’il n’appartienne au groupe d’administrateurs locaux. Tout d’un coup, on sort du rêve pour entrer dans une informatique bien plus professionnelle – c’est une bonne nouvelle, il va surement y avoir des MVP Zune [avis aux amateur(e)s, ndlr].

 

Donc voici l’étape manquante dans la procédure d’installation du zune :

 

Pré-requis :

  • Cliquez sur « Démarrer / Panneau de configuration / Outils d’administration / Gestion de l’ordinateur » ;

 

  • Ouvrir dans l’arbre « Outils Systèmes / Utilisateurs et groupes locaux / groupes »
  • Insérer deux groupes locaux « USERS » et « INTERACTIVE » s’ils n’y sont pas ;
  • Si le compte d’installation du client Zune n’est pas administrateur local de la machine, insérer le dans les  propriétés de chacun des groupes en cliquant sur « Ajouter » lorsque les propriétés sont affichées.

 

Le reste de la procédure reste inchangé.

 

Après, c’est un vrai plaisir d’utiliser un Zune, j’ai enfin ma musique et mes vidéos préférées quand je bois mon café sur le zinc du quartier. Je ne suis plus obligé de regarder cet écran de télévision qui défile des tirages de numéros.

En fait, j’en discutais avec ma femme hier, et je pense que je vais l’utiliser pour regarder tous les webcasts que je charge essentiellement du site de Microsoft pour rester informé des nouveautés. La pause café ou l’attente à la poste ne sera plus une perte de temps. Et la prochaine fois que vous verrez une personne dans une file d’attente avec un Zune, il ne faudra pas se dire qu’elle s’isole dans la musique, mais qu’elle est peut-être en formation professionnelle.

Comment utiliser PIVOT avec une liste d'éléments variables

Microsoft SQL 2005 introduit un nouvel opérateur relationnel PIVOT qui applique une rotation à un jeu d’enregistrements en croisant dynamiquement les valeurs d’une colonne unique en un jeu de colonnes multiples. C’est le même mécanisme que celui utilisé pour la création de tableaux croisés dynamique avec un tableur.

Imaginons le jeu d’enregistrements suivant contenu par une table temps, donnant par exemple par numéro de jour le nombre d’heure travaillé sur un projet :

Jour        Duree                  Nom

----------- ---------------------- --------------------

1           2,5                    Bernard

2           3                      Bernard

1           4                      Christine

3           6                      Christine

3           1,5                    Bernard

5           4                      Bernard
5           6                      Christine

 

En appliquant l’opérateur PIVOT suivant la requête suivante :

SELECT * FROM dbo.TestTemps

      PIVOT (sum(Duree) FOR Jour IN ([1], [2], [3], [4] )) as PVT

 

On obtient le jeu de données croisées suivant :

Nom             1      2      3      4      5

--------------- ------ ------ ------ ------ ------

Bernard         2,5    3      1,5    NULL   4

Christine       4      NULL   6      NULL   6

 

C’est donc un opérateur sur le principe très pratique pour croiser tout type de jeu d’enregistrements. Néanmoins, il possède un inconvénient majeur : la liste d’éléments explicités dans l’ensemble de l’opérateur IN est une liste finie qui ne peut pas être générée à partir d’une sous requête SELECT.

 

Se pose donc le problème de l’utilisation de PIVOT avec une liste d’éléments variables, comme par exemple le numéro de jour du mois donc le maximum vari de 28 à 31.

 

Voici une solution qui a été implémentée dans le cadre d’une gestion de suivi des temps passés par des ressources sur des projets (informatiques). Le principe de la solution est de générer dynamiquement une chaine de caractères qui représente l’ensemble à appliquer pour l’opérateur IN, et d’exécuter la requête avec une EXEC().

 

La modélisation (simplifiée) de la base de données est la suivante :

 

Tout d’abord, une table temporaire contenant l’ensemble des numéros de jour pour un mois donné et ayant des saisies de temps :

DECLARE @NumeroDeMois int ,@NumeroDeProject int

SET @NumeroDeMois = 1

 

DECLARE @ListeDesJours TABLE (IdJour int )

 

INSERT INTO @ListeDesJours (IdJour)

   SELECT DISTINCT  DAY(Date) FROM Temps

      WHERE MONTH(Date) = @NumeroDeMois

 

Puis une chaine de caractère est créée sur le format suivant ‘[1], [2], [3], …’ en balayant l’ensemble des enregistrements de la table temporaire :

DECLARE @Jours varchar(2000)

SET @Jours = ''

 

SELECT @Jours = @Jours + '[' + convert(varchar(2),IdJour) + '],'

FROM @ListeDesJours

 

Le dernier ‘,’ est retiré de la chaine de caractères :

 

SET @Jours = LEFT(@Jours, LEN(@Jours) - 1)

 

Enfin la requête PIVOT est exécutée par l’intermédiaire d’une EXEC(), en référençant la chaîne créée :

 

SET         @NumeroDeProjet = 1

EXEC( '

DECLARE @RecapitulatifDesTemps TABLE

(     Nom        varchar(50)

      ,IdJour           int

      ,Duree            float

)

INSERT INTO @RecapitulatifDesTemps

(

       Nom       

      ,IdJour    

      ,Duree

)

SELECT Nom, DAY(Date) as IdJour, Duree FROM Temps

      INNER JOIN  Employes    ON Temps.IdEmploye = Employes.IdEmploye

      WHERE temps.IdProjet = '+ @NumeroDeProjet +'

            AND MONTH(Temps.Date) = '+ @NumeroDeMois +'

      SELECT * FROM @RecapitulatifDesTemps

             PIVOT (sum(Duree) FOR IdJour IN (' + @Jours + ')) PVT'

)

 

Et le tour est joué. Il suffit de mettre tout cela en procédure stockée. Il est à noter que l’opérateur PIVOT n’est disponible que pour des bases de données fonctionnant avec SQL 2005 et en niveau de compatibilité SQL 2005 (90).

 Resultat

 

Vous trouverez en pièce jointe le code pour créer le contenu de la base de données de test et la procédure stockée.

 

 

 

Le programme VHD Test Drive (Suite)

Comme annoncé précédemment, Microsoft a lancé le programme "VHD Test Drive"  le lundi 06 novembre 2006, c'est à dire la possibilité de télécharger des VHDs configurés pour des problématiques de démonstrations et/ou de test. (cf. l’article Le programme VHD Test Drive ).

Limité pour des utilisateurs ne souscrivant ni au programme TechNet, ni au programme MSDN, le programme « VHD Test Drive » revêt un réel intérêt car les machines virtuelles fournies peuvent servir de bases à la mise en place de scénarios de test et/ou de démonstration pouvant fonctionner jusqu’au 09 mars 2008.

Nénamoins, il faut les dompter un peu pour les rendre plus dociles à l’emploi. En effet, elles arrivent directement de Microsoft Corp. à Redmond, et certains paramétrages sont nécessaires pour les utiliser dans nos contrées lointaines.

1. Tout d’abord, à propos de l’activation

Ces machines virtuelles nous arrivent non activées. Elles sont donc utilisables durant les 30 jours qui suivent leurs installations par Microsoft, c'est-à-dire jusqu’au 3 décembre 2006. Si vous disposez d’une souscription TechNet ou MSDN, vous pouvez l’activer par téléphone (ne passez pas par une activation Internet, elle sera refusée, car nous utilisons tous les mêmes machines virtuelles). Dans ce cas la machine est utilisable en test jusqu’au 09 mars 2008. Après cette date, elle doit arrêter de fonctionner.

2. Le login

Les machines arrivent sous forme compressées. Après les avoir installées comme toute machine virtuelle, vous pouvez les lancer et les accéder avec le client WMRC (Virtual Server Remote Control). La fenêtre de login se présente (ça se gâte !).

Les credentials à utiliser sont :

§         Nom d’utilisateur : Administrator

§         Mot de passe : Evaluation1

Le problème est que la machine virtuelle a été installée avec un clavier US, il faut donc taper le tout comme si vous étiez sur un clavier US. Voici donc la combinaison à utiliser sur un clavier Français :

§         Nom d’utilisateur : Qd,inistrqtor

§         Mot de passe : Evqluqtion&

Il est possible de changer la configuration du clavier au login pour pouvoir taper les bonnes touches (cf. l’article Comment changer la configuration du clavier au login).

Une fois la session ouverte, si vous êtes souscripteur MSDN ou Technet, activez la machine et changez les  paramètres locaux (clavier et localisation).

3. Le paramétrage de la machine virtuelle

Il est possible de configurer la machine virtuelle afin de l’accéder à distance en utilisant une « connexion bureau à distance ». C’est plus souple, plus rapide, et l’affichage couvre la totalité de l’écan (cf. l’article Comment utiliser une connexion bureau distante avec Virtual Server).

Il est aussi bon d’isoler la machine virtuelle de l’ensemble du réseau sur lequel vous êtes connecté (cf. l’article Comment isoler les machines virtuelles).

4. Le clonage de la machine virtuelle

Microsoft publie actuellement plusieurs machines virtuelles, qu’il est possible de cloner pour monter des configurations complexes de test, notamment pour la machine de base Windows 2003 R2 que l’on peut utiliser plusieurs fois dans un même domaine de test. Pour ce faire, il faut changer le SID de la machine (cf. l’article Comment cloner une machine virtuelle).

Une fois tout cela fait, la (les) machine(s) virtuelle(s) est(sont) en bonne(s) forme(s) pour des tests intensifs de vos propres configurations avec vos propres logiciels spécifiques, sans besoin de licence supplémentaire. Si vous avez des produits Microsoft complémentaires à jouter dessus, pensez à installer des versions d’évaluations. Même s’il n’existe aucune restriction technologique à l’installation de version activable des produits (comme MSDN ou Technet par exemple), le contrat de licence l’interdit.

Comment cloner une machine virtuelle

Lorsque l’on commence à travailler avec des machines virtuelles pour des tests, il arrive que l’on veuille monter en domaine plusieurs machines différentes, toutes issues de la même installation de base. Et oui, pourquoi réinstaller la totalité d’un machine si vous pouvez repartir par simple copie de fichier .vhd d’une machine existante.

Le principal problème est que les machines sont identiques, et vous allez récupérer une erreur liée au fait que les machines ont toutes le même SID. C’est un problème lié au clonage d'un ordinateur.

Pour corriger ce problème, il est nécessaire de changer les SID des machines que vous ajoutez. Un utilitaire existe sur le site Technet à l’adresse suivante :

http://www.microsoft.com/technet/sysinternals/Security/NewSid.mspx

En fait, Microsoft a acheté le site www.sysinternals.com en juillet 2006 sur lequel cet utilitaire était précédemment publié.

Il est important de passer cet utilitaire relativement tôt dans le processus d’installation de la machine. Ma pratique est de le passer sur une installation propre, une fois que le système d’exploitation est installé, et sans aucun autre produit installé. Je sauvegarde ensuite cette machine, qui me sert de base ultérieure pour mes autres tests et/ou machines à ajouter à ma configuration virtuelle (en repassant l'utilitaire, au besoin).

Comment isoler les machines virtuelles

Pour des problématiques de sécurité et/ou de conflits de nom, il est parfois nécessaire d’isoler les machines virtuelles du réseau de l’entreprise. En fait, je vous recommande d’isoler systématiquement les machines du réseau de votre entreprise, et de ne les connecter que lorsque vous en avez besoin.

Voici la procédure à suivre pour isoler les machines virtuelles :

1.      Ajouter une carte de bouclage Microsoft (cf. l’article « Comment installer une carte de bouclage Microsoft »), avec une adresse qui ne soit pas sur le plan d’adressage de votre entreprise ;

2.      Ajouter un réseau virtuel dans « Virtual Server », et qui utilise cette carte de bouclage :

a.      Sélectionnez sur votre machine physique « Démarrer / Tous les programmes / Microsoft Virtal Server / Site Web d’administration de Virtual Server » pour lancer la console d’administration ;

b.      Sur la console d’administration de « Virtual Server », dans le menu « Réseaux Virtuels » | « Virtual Networks », cliquez sur « Créer » | « Create » ;

c.      La fenêtre de création de réseau s’affiche. Donnez un nom à votre réseau, sélectionner la carte de bouclage que vous venez de créer, et cliquez sur Ok.

Le nouveau réseau virtuel est maintenant créé.

3.      Configurer le réseau Virtuel pour fonctionner sans DHCP (Par défaut, DHCP est activé lors de la création d’un réseau virtuel) :

a.      Sur la console d’administration de « Virtual Server », dans le menu « Réseaux Virtuels » | « Virtual Networks », cliquez sur « Configurer » | « Configure », et sélectionnez le réseau virtuel que vous venez de créer ; Les options correspondantes à ce réseau s’affichent ;

b.      Cliquer sur le lien « DHCP Server » ;

c.      Désactivez le DHCP pour ce réseau et cliquez « Ok » ;

4.      Configurer la machine virtuelle pour fonctionner avec ce réseau virtuel isolé

a.      Editez la configuration de votre machine virtuelle ;

b.      Dans la partie « Adaptateurs réseaux » | « Network Adapters », indiquez que votre machine virtuelle est connectée au réseau isolé que vous venez de créer en le selectionnant dans la liste ;

Cliquez sur « Ok ».

Votre machine est maintenant isolée de votre réseau d’entreprise, mais reste accessible à partir de votre station de travail.

Plus de Messages Page suivante »


Les 10 derniers blogs postés

- Merci par Blog de Jérémy Jeanson le 10-01-2019, 20:47

- Office 365: Script PowerShell pour auditer l’usage des Office Groups de votre tenant par Blog Technique de Romelard Fabrice le 04-26-2019, 11:02

- Office 365: Script PowerShell pour auditer l’usage de Microsoft Teams de votre tenant par Blog Technique de Romelard Fabrice le 04-26-2019, 10:39

- Office 365: Script PowerShell pour auditer l’usage de OneDrive for Business de votre tenant par Blog Technique de Romelard Fabrice le 04-25-2019, 15:13

- Office 365: Script PowerShell pour auditer l’usage de SharePoint Online de votre tenant par Blog Technique de Romelard Fabrice le 02-27-2019, 13:39

- Office 365: Script PowerShell pour auditer l’usage d’Exchange Online de votre tenant par Blog Technique de Romelard Fabrice le 02-25-2019, 15:07

- Office 365: Script PowerShell pour auditer le contenu de son Office 365 Stream Portal par Blog Technique de Romelard Fabrice le 02-21-2019, 17:56

- Office 365: Script PowerShell pour auditer le contenu de son Office 365 Video Portal par Blog Technique de Romelard Fabrice le 02-18-2019, 18:56

- Office 365: Script PowerShell pour extraire les Audit Log basés sur des filtres fournis par Blog Technique de Romelard Fabrice le 01-28-2019, 16:13

- SharePoint Online: Script PowerShell pour désactiver l’Option IRM des sites SPO non autorisés par Blog Technique de Romelard Fabrice le 12-14-2018, 13:01